Partenariat public privé ?

Le BTP va probablement devoir prendre en compte que le Partenariat Public Privé (PPP) n'est pas une solution viable pour assurer le financement des d'infrastructures publiques rendus nécessaire par la transition énergétique. Ceci du moins s’il décide de se conformer à l’avis de la Cour des comptes européenne et à ce qui semble être l’intérêt général.

La Cour des comptes européenne l’a en effet vérifié sur un échantillonnage d’une dizaine de contrats négociés en France en Espagne et en Irlande. Ceci dans le cadre du numérique. Certes le numérique n’est pas la transition énergétique mais il est plus que probable que le BTP n'a pas intérêt à se lancer à nouveau dans cette voie pour le financement des d'infrastructures publiques associées à la transition énergétique. Les intérêts de la collectivité et de l’individu sont certes convergents mais ne sont pas ressentis par les deux parties de la même façon. 

Pour financier en douceur la transition énergétique sur le long terme et assurer la modification de nos chaînes énergétiques dans de bonnes conditions, il sera nécessaire d’une part de rendre dans la mesure du possible l'aide inutile et d’autre part de dissocier les financements publics et privés.

Ceci étant donné que même complémentaires entre elles, les technologies de la partie publique basée essentiellement sur des tuyaux est différente de celle de la partie privée qui pourrait être basée essentiellement sur des chaufferie hybrides.

Ceci aussi compte tenu du fait qu’il est facile de dissocier le financement de la partie publique basé sur la fiscalité associée à la taxe carbone du financement de la partie privée liée à la maison individuelle ou aux appartements des immeubles. Ceci par le fait que ce dernier financement est en effet associé aux ressources du propriétaire de la maison individuelle ou d’un Maître d'œuvre représentant les intérêts des copropriétaires d’un immeuble.

Créer une incitation financière améliorant le retour sur investissement pourrait motivant le Maître d'œuvre et l’aider à convaincre les copropriétaires que leur intérêt est d’investir.