A l’occasion d’un voyage en Allemagne avec sa femme,

 Balendard citoyen lambda et le responsable des Lutins thermiques

ont échangé quelques propos

sur la nature des premiers entretiens entre

la Chancelière allemande et notre nouveau Président

 

Balendard

Je me demande comment vont se dérouler les entretiens de la mi-mai entre la chancelière allemande et notre nouveau  Président. L'une considérant la grave situation grecque  va probablement vouloir défendre la réduction de la dette,  l'autre ne pouvant désavouer ses électeurs à propos des problèmes sociaux en France va probablement proposer de réduire la fiscalité.  Quelle est selon vous la meilleure approche pour améliorer nos conditions d'existence en conservant la maîtrise de nos comptes?

 

Le responsable des Lutins

En décidant de bloquer le prix des produits pétroliers notre nouveau Président sait que ce n'est pas ainsi qu'il va maîtriser l'équilibre de nos comptes â long terme mais il met l'énergie au cœur de ses préoccupations et il espère relancer ainsi la croissance.  Sur le court terme, il n'aura pas trop de mal à convaincre la Chancelière du bienfondé de sa décision.  En effet,  en proposant d'écouler au prix fort du marché actuel des stocks de produits pétroliers acquis à bas coût lorsque le prix du baril de pétrole était au plus bas, la France stoppe ses coûteux approvisionnements venant de l'OPEP.  Elle  va ainsi réduire momentanément sa dette pendant 2 à 3 mois  économisant environ 10 milliards d'€ représentant environ 25% de la dépense annuelle en produits pétroliers, dépensé qui serait voisine de 40M€.riel hollande

 

Balendard

Mais ensuite que va-t-il se passer? Ne craignez-vous pas que  la ressource mondiale en produits pétroliers s'amenuisant régulièrement,  le prix du baril de pétrole ne flambe à nouveau et que l'augmentation de la dette n'en fasse autant ?

 

Le responsable des Lutins

Je partage votre crainte. Notre Président n'est d'ailleurs pas dupe à ce sujet. Il sait que ce n'est pas en spéculant lui aussi sur le prix du pétrole qu'il va résoudre  le problème de fond du grave problème de l'approvisionnement en énergie primaire de l'Europe mais il a besoin d'une pose pour mettre en place sa nouvelle équipe  et sa stratégie. Pour convaincre, il compte sur le fait que cette mesure est intéressante sur le court terme non seulement pour la France,  mais aussi pour les pays européens qui décident de ne pas pratiquer la même politique que celle qu'il propose. Il sait en effet que ces pays seront eux aussi indirectement bénéficiaires de cette mesure puisque la demande mondiale devenant temporairement plus faible que l'offre, les prix pratiqués par l'OPEP vont diminuer. Il veut aussi adresser un signal fort au monde et montrer combien cette réserve est dérisoire devant les problèmes qui nous attendent. Dans 3 mois, lorsque la réserve des pays européens pratiquant la même politique que la France sera épuisée, il sait que la demande d'approvisionnement vers l'OPEP s'accroissant à nouveau les prix vont faire de même et le cycle infernal en dents de scie des prix du pétrole repartir de plus belle. 

 

Balendard

Si je comprends bien nous nous sommes enfoncé petit â petit dans un cul de sac et ce n'est évidemment pas en rendant momentanément abordable à chacun d'entre nous pour ce qui va bientôt n'être  accessible qu'à une minorité fortunée, qu'il solutionne les problèmes sociaux et  les désordres infligés à notre économie par le problème de l'approvisionnement en énergie? Vous m'aviez pourtant dit que l'énergie était notre avenir

 

Le responsable des Lutins

C'est exact je vous l'ai dit, mais je vous ai dit aussi qu’il nous appartenait de construire cet avenir. Il est de l'intérêt de l'Europe  de relancer la croissance et pour y parvenir le nouveau gouvernement français n'a pas d'autre solution que de formuler de nouveaux paradigmes en accord avec l'Allemagne. Dans l'optique de la chaleur renouvelable et du chauffage urbain deux paradigmes complémentaires du 1er élaboré récemment par le gouvernement français précédent et relatif à l’audit énergétique obligatoire sont envisageables :

- Alimenter les immeubles de nos cités en eau non potable 

- Mettre en place une collaboration européenne abrogeant la guerre de l'énergie et tendant à favoriser une cohabitation  entre  l'électricité et le gaz plus intelligente que celle consistant à produire l'une avec l’autre en dévastant nos écosystèmes

 

Balendard

Oui il faut mettre les bouchées doubles.  Il y a autant urgence à réduire la dette que nos émissions de CO2.  Le chauffage thermodynamique est un moyen d'y parvenir.  En divisant par 3 voire 4 le besoin en électricité pour se chauffer,  il prouve que l'énergie la plus chère est celle que l'on consomme mal.  Dans la mesure où cette cohabitation ne condamne pas la concurrence,  je partage vos propositions

 

Le responsable des Lutins

Rassurez-vous l'absence de concurrence qui a été une plaie pour celui qui attend depuis trop longtemps va devenir prochainement une niche pour celui qui entreprend. De plus,  la concurrence s'établira naturellement plus tard s'il y a une volonté politique forte associée au souhait d'aborder sérieusement à l'échelle industrielle le chauffage thermodynamique. Ce mode de chauffage nous réserve bien des surprises,  je devrais dire de "bien agréables " surprises. Mon opinion est que le rédacteur en chef de la revue "Chaud Froid Performance" a raison de dire qu'il y a quelque chose de merveilleux dans le chauffage thermodynamique.  D'ailleurs ne l'avez-vous pas vous-même prouvé scientifiquement  dans l'étude de votre chaufferie mixte GAZ-PAC lorsqu'en mi saison la température de la source froide se rapproche de celle de la source chaude ?

 

Balendard

Oui en quelque sorte, mais il  y a quelque chose de troublant pour un physicien lorsque la théorie  semble prouver que dans cette configuration la puissance thermique développée par la pompe à chaleur est infinie alors que son compresseur est pratiquement à l'arrêt (COP = Tc / (Tc -Tf) avec Tc -Tf = 0).  C'est pourtant la situation dans laquelle nous nous trouvons lorsque la source chaude à réchauffer est l'eau du sanitaire à 10°C alors que la source froide que l'on refroidi pour prélever de l'énergie dans notre environnements est l'eau de la rivière également à 10°C. 

 

Le responsable des Lutins

Ne remettez pas en cause la loi des gaz parfaits et le diagramme de Carnot au prétexte que la théorie froisserait la pratique. Lorsque l'on divise un NB fini par zéro, il convient de valider l'évidence des chiffres. Considérez plutôt que ce qui vous trouble aujourd'hui vous permettra demain d'obtenir ce que vous escompter -à savoir chauffer votre eau froide économiquement sans devoir pour y parvenir déchaîner simultanément la pleine puissance de deux chaudières au fioul fonctionnant à plein régime 

 

Balendard

Je constate que vous savez être mathématicien quand cela est nécessaire. Pouvoir disposer d'une eau chaude sanitaire au prix de l'eau froide cela m'intéresse. Êtes-vous sur du résultat?

 

Le responsable des Lutins

Comme Eric Le Boucher, je répondrais à votre question en estimant que pour préparer les concepts de demain et avant de pouvoir les généraliser, il faut les élaborer dans la minutie, consulter les acteurs,  expérimenter les idées, estimer et améliorer les résultats dans une stratégie d'ensemble à la fois souple et ferme, et aussi savoir s'adapter au fil du temps avec des évaluations régulières.

 

Balendard

En quelque sorte et comme le pense je crois ce Mr Eric Le Boucher "tout ce que les français ne savent pas faire"

 

Le responsable des Lutins

Ils ne sont pas capables de le faire seul, mais une fois mise en place cette collaboration abrogeant la guerre de l'énergie avec leurs partenaires européens dont je viens de vous parler tout devient possible en associant rigueur scientifique, discipline budgétaire, et croissance.